Seulement 2% du vignoble de Champagne est cultivé en agriculture biologique et biodynamique mais chaque année de plus en plus de producteurs, désireux d’élaborer des champagnes révélateurs de la typicité du terroir, se convertissent. 

La tradition champenoise veut que les champagnes soient issus d’assemblages de cépages, de lieux de provenance des raisins ou encore de millésimes. Cependant de plus en plus de vignerons et, au final, de maisons font le choix d’aller à l’encontre des canons champenois et montrent la voie.

Alors que dans leur grande majorité les vignerons cherchent à travailler des champagnes “au plus près du terroir”, avec le moins d’artifices possible et donc un niveau de dosage en sucre souvent réduit, on assiste depuis quelques années, à une tendance aux champagnes très dosés en sucre, à servir en mode “piscine” : avec beaucoup de glaçons.

Page 2 sur 2